Espace client
Retour aux actualités

actu Actualité Bailleur Locataire

Le « coliving » : La dernière tendance en matière de logement urbain ?

Le « coliving » : La dernière tendance en matière de logement urbain ?

Né dans les années 2000, sur la côte ouest des États-Unis, le coliving est un nouveau mode de vie en collectivité. Ce nouveau type d’habitat partagé, au sein d’un immeuble ou dans une grande maison, se développe en effet dans des villes comme New-York, Berlin ou Tokyo. Le concept a même gagné la France depuis 2017. « Réinventer l’habitat. » C’est l’ambition affichée par cette nouvelle tendance à mi-chemin entre le coworking, la colocation et l’appart hôtel : le coliving est désormais au cœur de l’actualité immobilière française.

Qu’est-ce que le coliving exactement ? 

Le Cabinet JOURDAN vous dit tout sur cette nouvelle tendance immobilière !

On veut vivre en communauté tout en gardant un petit chez-soi. On veut pouvoir travailler sans quitter son domicile et sans avoir à prendre les transports. On veut jouir d’une multitude de services à un prix défiant toute concurrence ! Et si, finalement, ce que l’on cherche vraiment, c’est le coliving ?

Cap sur le coliving, une nouvelle manière de vivre ensemble en ville.

Ce concept, de plus en plus à la mode, séduit par son principe (Il allie espaces privés, espaces partagés et de nombreux services), son accessibilité (la possibilité donnée à tous d’habiter au cœur d’une grande ville à un prix raisonnable) et sa qualité de vie (des services dignes d’un hôtel).

Il se caractérise par un nouveau mode de vie communautaire, où chaque résident dispose d’une vraie sphère privée généralement meublée (chambre/ cuisine/ salle de bain… un confort supérieur par rapport à la colocation) tout en étant libre d’accéder à tout moment à la convivialité d’espaces et services partagés. C’est une évolution naturelle de la colocation, qui aujourd’hui ne sont plus du tout réservées aux seuls étudiants : On le voit à Paris, où on estime que 50 % des personnes vivant en colocation sont des salariés.

Concrètement, le principe de base du coliving est le partage : partage des coûts, partage d’un espace de vie, partage d’expérience, entraide au travail, partage de services. Ces espaces collectifs, dont tous les résidents que l’on appelle aussi “colivers”, peuvent profiter, vont de la simple salle à manger au salon en passant par des services tous plus variés et utiles comme salle de sport, salle de jeux, bibliothèque, SPA, piscines, bars, espace de coworking, salles de réunion, terrasse, jardins, cinémas, laveries, épiceries, etc.

A cela s’ajoute un large panel de services mutualisés : Wifi, ménage, changement du linge de maison (draps, serviettes), parking surveillé, abonnements à des services de streaming, cours de sport, trottinettes électriques en libre-service… L’idée, c’est de libérer les résidents des tâches administratives chronophages, comme de payer ses factures d’électricité ou de chauffage.

Parfois, une conciergerie est même présente pour gérer la réception des livraisons ou apporter et récupérer les vêtements au pressing, la location d’une voiture… La plupart de ces services empruntent les codes de l’hôtellerie tant sur la qualité que sur le design des lieux, pour un habitat collectif très tendance qui attire de nombreux jeunes actifs.

Le bâtiment est animé par un régisseur, souvent employé par une agence immobilière ou un propriétaire foncier, qui se charge de l’accueil, de la logistique et du confort des colivers.

A qui s’adresse le coliving ?

A l’origine, le coliving était destiné aux nomades digitaux et aux entrepreneurs individuels, essentiellement les jeunes actifs dont l’outil de travail principal est un ordinateur.

Le coliving séduit particulièrement les générations Y et Z, déjà conquise par le partage sous toutes ses formes : colocation, coworking ou covoiturage. Le coliving peut également intéresser toutes les personnes en transition dans leur vie, celles dont la vie est en train de changer à cause d’une séparation ou d’un changement d’activité professionnelle, celles qui ont décidé de prendre un temps de réflexion entre deux situations, celles qui découvrent une région sans savoir encore si elles vont s’y installer, des actifs ou des étudiants, des quatre coins du monde en mission pour quelques mois …mais aussi des retraités ou seniors qui souhaitent garder du contact au quotidien… Le coliving est pour la personne qui y réside plutôt un logement d’appoint, de courte durée !

Une autre forme de clientèle s’intéresse également de plus en plus au coliving : les entreprises et plus particulièrement les start-ups imaginent bien investir un bâtiment pour permettre à leurs salariés d’y travailler, et pour certains d’y loger.

Tous sont susceptibles de rechercher une solution pour bénéficier d’un logement en location clé en main, tout en ayant l’opportunité de pouvoir nouer des liens.

Les atouts du coliving

Un aspect sur lequel les professionnels du coliving mettent l’accent, est la simplicité et la souplesse du procédé. Les baux sont flexibles : on peut y résider à l’année, mais aussi au mois, à la semaine ou sur quelques jours. Le bail maximum est d’une année, il est cependant reconductible. Le loyer comprend l’assurance habitation et les nombreux services proposés par le logement partagé. Les démarches pour entrer dans ces communautés sont souvent réduites à leur plus simple expression : pas de dépôt de garantie, pas de caution à présenter, etc.

L’avantage également est que les occupants ne subissent pas les contraintes de la colocation telles que le partage d’un même frigo, les querelles sur les tâches ménagères… Chacun jouit de son espace privatif et des services qui facilitent la vie au quotidien.

Les rapports sont simplifiés et chacun est plus disponible pour se rencontrer.

Ce nouveau mode de vie en collectivité est un bon moyen de lutter contre la solitude, dont un nombre croissant de personnes souffrent dans les grandes villes. C’est là où le coliving va plus loin que la colocation, en jouant à fond la carte de la communauté. Les espaces de coliving encouragent au partage d’événements de la vie quotidienne : repas pris en commun, cours collectifs, conférences, soirées cartes-jeux de société…Et ne pas participer aux activités, c’est aussi se mettre au ban de la communauté.

Au-delà de l’aspect convivial de ces espaces de vie, le coliving donne aussi l’opportunité de développer un écosystème professionnel en faisant interagir de jeunes entrepreneurs par le coworking. Se diriger vers ce type d’hébergement est pour de nombreux jeunes qui démarrent dans une activité professionnelle une bonne façon de partager, d’être guider, et d’échanger avec des pairs dans des espaces de travail performants.

Il vise également à fluidifier l’accès au logement.

Les économies liées au coliving

On comprend bien que l’idée du coliving est de transformer la manière d’habiter dans la ville, exactement comme le coworking l’a fait pour le travail. La mutualisation permet de faciliter l’accès à des emplacements, en cœur d’agglomération ou dans les zones d’activités prisées, traditionnellement bien trop chers. En ce sens, le coliving se présente comme une solution concrète pour répondre à la crise du logement dans les grandes métropoles, où la rareté du foncier fait bondir la demande, donc les prix. Le coliving permettrait également de réaliser des économies en mutualisant les dépenses de l’habitat : eau, gaz, électricité, chauffage, internet, télévision, ménage, entretien, etc. Le loyer comprend une part de tous les abonnements, lesquels sont gérés par le régisseur. L’assurance habitation est aussi bien souvent comprise dans le loyer.

Mais attention : le coliving n’est pas un habitat à bas prix pour autant mais plutôt une véritable nouvelle manière de vivre qu’il faut découvrir avec des espaces organisés différemment !

Avec le coliving, l’accent est mis sur la communauté. Donc pour y entrer, il faut avant tout être admis par la communauté au même titre que dans une colocation ! Il est donc nécessaire d’avoir un profil correspondant à celui de la communauté, de postuler et d’attendre d’être choisi pour rejoindre le coliving.

Le coliving en Ile de France

Dans des grandes villes comme à Paris et en Ile de France, où la demande de logement et les tarifs sont élevés, le coliving semble être une alternative attractive pour faire face à la crise du logement notamment chez les jeunes et étudiants avec des formules tout compris à prix accessible. Séduit par ce nouveau concept de vie, les promoteurs cherchent à développer l’offre d’hébergement en coliving. Plusieurs lieux dédiés au coliving ont vu le jour  à Paris 20e (75), à Fontainebleau (77), à Noisy-le-Grand (93), à Colombes (92) avec la Casa Wellness , à Massy-Palaiseau (91) avec l’ECLA où un campus a ouvert ses portes, permettant aux étudiants, jeunes actifs ou globetrotteurs de vivre l’expérience de vie unique du coliving à quelques minutes des transports en commun. Un coliving autant étudiant que professionnel.

En attendant, le coliving est une opportunité en or pour les investisseurs, qui ont bien compris que le concept, avec la souplesse qu’il propose, correspond à l’air du temps et offre une opportunité de retour rapide sur investissement : forte demande, taux d’occupation élevé, turnover régulier qui réduit les risques de logement vacant, et des taux de rentabilité frôlant les 10 %.

Le concept du coliving est amené à se développer d’autant que la population est devenue sensible aux notions de partage et d’entraide. Le coliving est assurément, en plus d’une solution d’hébergement plus ou moins économique, un remède contre la solitude. Il donne un sentiment de sécurité et ouvre la possibilité de liens d’amitié…

Un phénomène à suivre de près, qui devrait prendre de l’ampleur dans les prochaines années !

Des valeurs fortes

pour vous satisfaire en toutes circonstances

La gestion immobilière est une activité exigeante : elle demande du temps, de l’énergie et surtout des compétences.

C’est pourquoi, au Cabinet JOURDAN, nous concevons notre métier autour de l’excellence.

En 40 ans d’existence, notre entreprise familiale a su s’adapter aux transformations de la société, réglementaires, digitales, comme à celles des métiers de l’immobilier.